Retards et annulations à la SNCF : des motifs inavouables ? – Economie – Toute l’actualité économique – France Info

Depuis le début de la vague d’intempéries, les retards s’accumulent sur le réseau TGV, et les annulations sont nombreuses sur les grandes lignes et les TER. Cela ne s’est guère apaisé, malgré la fonte de la neige et la remontée des températures.
Officiellement, toutes ces perturbations restent dûes aux « circonstances climatiques exceptionnelles », selon la SNCF. Mais il y aurait aussi des motivations moins avouables par l’entreprise publique.

Rien que cette semaine, quelque 110 vitres de TGV-Est ont été brisées par des impacts de blocs de glaces : le train happe la neige qui vient s’agglomérer sous la rame. Elle se transforme en glace et lorsque deux TGV se croisent, ces blocs de glace peuvent venir frapper et briser les vitres.
Jusqu’à 23 rames ont dû être immobilisées simultanément, soit la moitié du parc de la ligne est-européenne. Et il n’y a que quelques rames de secours.

Il faut quatre heures de travaux au Technicentre Est-Européen de Pantin (Seine-Saint-Denis) pour changer une vitre. Au total, la rame est inutilisable pendant près d’une journée, le temps de la réintroduire sur le réseau. Par ailleurs, les techniciens se sont rapidement retrouvés en rupture de stock de baies vitrées neuves.

Alors, pour limiter la casse, les TGV ne roulent plus à 320 km/h – pas plus qu’à 230 km/h, contrairement aux allégations de la SNCF – mais, selon nos informations, à 170 km/h, aujourd’hui encore, bien que la neige ait fondu.
A la clé pour les usagers, des retards allant de 20 minutes à 1h30 sur certaines liaisons.

Motivations économiques

Mais surtout, imputer ces retards aux circonstances climatiques permet à la SNCF de pas avoir à dédommager les passagers.

C’est le cas aussi sur les lignes régionales :
En Champagne-Ardenne, de nombreux trains ont été annulés dans le cadre du « plan neige » de la SNCF, alors qu’il n’y avait pas le moindre flocon. Des décisions qui s’expliquent, selon un responsable CGT : si un TER est annulé, la SNCF n’a pas à verser de pénalité au donneur d’ordre, le conseil régional. Alors que s’il est en retard, l’entreprise doit indemniser.
« Il y a donc, c’est évident, des motivations économiques », affirme ce représentant syndical, à ces décisions mal comprises et peu expliquées aux clients, comme aux collaborateurs de l’entreprise publique.

Gilles Halais

Publicités

Une réflexion sur “Retards et annulations à la SNCF : des motifs inavouables ? – Economie – Toute l’actualité économique – France Info

  1. Pat du Jura dit :

    Pour ce qui est des retards, je crois que la palme revient au TGV Paris-Lausanne du soir. Habitué de la ligne (je la prends deux fois par semaine sur un bref parcours de 45 km) je n’ai JAMAIS vu ce TGV à l’heure, pourtant après un parcours de 2h20 !
    Le minimum a été de 10 minutes (et alors les contrôleurs sortent frénétiquement leurs pinces), le maxi d’une heure 10 (les contrôleurs sont alors réfugiés dans leur compartiment) !!! Le coup de la neige, ça ne marche pas hélas à tous les coups.
    A quand un site sur le Paris-Lausanne ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :